Les feuilles des arbres commencent à joncher le sol. On ressort les écharpes et les bottes. C’est un temps à rester sous la couette, pas vrai ? Et pourquoi ne pas profiter de ce moment où notre énergie n’est pas au top pour lever le pied et prendre un peu de hauteur ? Dans cette série de 4 articles, vous allez découvrir comment continuer à utiliser son temps à bon escient quand notre énergie n’est pas au beau fixe.


J’ai appris récemment que nous aurions entre 50000 et 70000 pensées par jour. Partant de là, on comprend plus facilement pourquoi à la fin de la journée notre cerveau ressemble à une cocotte minute sur le point d’exploser. La fameuse « charge mentale », ca vous parle ?

Les semaines précédentes, je vous ai parlé de ma technique pour mettre en pause notre cerveau et des bénéfices que cela pouvait avoir sur la gestion de notre business

| A lire : Semaine #1 : Débranche.

Après cette période de repos, mon cerveau reprend peu à peu du service et de nouvelles idées défilent les unes après les autres. C’est à ce moment qu’il faut être réactif pour ne pas passer à côté d’une bonne idée. Mais comment de ne pas s’étouffer sous une charge de « choses à faire » ? Par quoi commencer ? Que faire en priorité ? Inévitablement, on en arrive à vouloir tout faire à la fois et en même temps, de peur d’oublier. Le problème est qu’en procédant ainsi, aucune de ces tâches ne reçoit l’attention nécessaire à son bon accomplissement. C’est ce qu’on appelle “être occupé” ou encore “la charge mentale”. Être occupé ne veut pas forcément dire être productif. Et ca, on n’a pas forcement le luxe de se le permettre quand on est seul à la barre de son business.

« On ne peut pas prendre décision sur décision sans en payer le prix »

“ Quels que soient vos efforts pour faire preuve de rationalité et de hauteur d’esprit, vous ne pouvez pas prendre décision sur décision sans en payer le prix biologique. La fatigue qui en résulte n’est pas l’épuisement physiquement qu’on l’éprouve d’ordinaire : vous n’êtes pas conscient d’être fatigué, mais vous êtes à court d’énergie mentale”. (Roy F. Baumeister, Le pouvoir de la volonté). 

Quand j’ai lu cette citation dans la Méthode Bullet Journal, de Ryder Carroll, ca a fait tilt. Je m’acharnais à vouloir traiter un maximum de tâches en pensant être productive, alors qu’en fait, plus on a de décisions à prendre, plus il est difficile de prendre les bonnes. Et, inévitablement, cela produit un sentiment de stress et des angoisses face à la liste de choses à faire qui s’agrandit. C’est ca, la charge mentale. Vous la voyez cette « To Do List » de 2 pages ? Et bien c’est exactement de cela dont je parle.

La solution va être drastique mais nécessaire : réduire le nombre de décision pour nous concentrer sur ce qui compte vraiment.

Troquer la charge mentale pour l’inventaire mental.

La première des choses à faire va être de prendre du recul par rapport à toutes ces idées qui encombrent notre esprit. Et pour cela, rien de mieux que de toutes les coucher sur du papier avant de faire quoi que ce soit. Écrire permet de ne pas laisser s’échapper vos idées et de libérer de la place sur votre disque dure mentale. Cela vous permettra également de les regarder plus sereinement sous un autre jour et de décider par la suite de ce qui est prioritaire et ce qui ne mérite pas de s’attarder dessus.

Sur une feuille A4, dessinez 3 colonnes et répartissez vos idées comme suit :

  • Je fais : ce sont les tâches en cours d’accomplissement (ex : client X, préparation anniversaire de machin… )
  • Je devrais faire : les tâches que vous devriez accomplir (ex : Déclaration d’impôt, mise à jour du site internet, clarifier mon identité de marque… )
  • J’aimerai faire : les tâches que vous souhaiteriez accomplir (ex : plus de temps pour moi, apprendre une nouvelle langue, voyager au Canada… )

Prenez le temps de rédiger la liste avant de passer à l’action. Perso, je me suis baladée toute la semaine avec cette feuille car une bonne idée ne prévient pas quand elle arrive.

Le crash-test à idée

L’inventaire mentale que vous venez de dresser, c’est la cartographie de vos choix. Maintenant, il va falloir les mettre à l’épreuve du crash-test pour savoir quelles idées valent la peine d’être transformées en action et celles qui ne méritent pas que vous vous attardiez dessus.

Pour chaque idée, posez vous 2 questions :

  • Est ce indispensable ? 
  • Est-ce important pour moi ou une personne qui m’est chère ?
Illustration tirée du livre La Méthode Bullet Journal, de Ryder Carroll

Toutes les idées qui n’ont pas eu de réponse positive à au moins l’une des deux questions sont des distractions. Rayez les sans scrupule. Vous gagnerez du temps pour vous consacrer pleinement à ce qui mérite réellement votre attention. Après avoir fait ce travail, ce qui vous reste vont devenir des objectifs et des obligations. Je vous montrerai la semaine prochaine comment les transformer en action et être sûre d’aller dans la bonne direction.

Si cet article vous a plu, likez ma Page Facebook  et inscrivez-vous à la Newsletter. Je vous partage régulièrement mes découvertes et d’autres articles sur l’entrepreneuriat, des conseils sur la manière de gérer sa communication et construire facilement son image de marque. Bref, tout pour se rendre visible et irrésistible auprès de ses clients ! 

A lire aussi :

Sources :

Méthode Bullet Journal, de Ryder Carroll


MÉLANIE ÖZGENLER

Révélatrice d’identité de marque – Fondatrice de MOZ-La Little Ajans.


Experte en identité de marque, j’aide les entrepreneurs à structurer et relever le meilleur d’eux-même pour qu’ils puissent résonner chez leurs clients. Abonnez-vous pour recevoir mes meilleurs conseils pour structurer la communication votre business sans prise de tête.


Et vous, vous en pensez quoi ? Avez-vous une question ? Dites-le moi dans les commentaires ci-dessous. J’adore papoter avec vous ;-).