Les feuilles des arbres commencent à joncher le sol. On ressort les écharpes et les bottes. C’est un temps à rester sous la couette, pas vrai ? Et pourquoi ne pas profiter de ce moment où notre énergie n’est pas au top pour lever le pied et prendre un peu de hauteur ? Dans cette série de 4 articles, vous allez découvrir comment continuer à utiliser son temps à bon escient quand notre énergie n’est pas au beau fixe.


Après une semaine de repos, pendant laquelle j’ai pu faire le vide (Lire article précédent : Novembre, mois pourri ? Semaine #1 : Débranche ) j’ai désormais le recul et l’énergie nécessaires pour jeter un regard neuf sur les 10 derniers mois et faire le bilan. Qu’est-ce qui a fonctionné ? Qu’est-ce que je peux améliorer pour atteindre mon objectif ? Qu’est-ce que je jette et qu’est-ce que j’en ai appris ?

Quand on a la tête dans le guidon, il est très difficile de savoir si nos actions oeuvrent dans la bonne direction. C’est à dire si elles ont un impact sur la réalisation de notre objectif principal.

Prendre du recul permet d’avoir une vision globale et de réaliser qu’au final, on a pas mal bossé ! Et ce qui a moins bien fonctionné ne doit pas être vécu comme un échec mais appréhendé comme un moyen d’apprendre et progresser. 

Généralement, c’est là que j’en profite pour faire une liste des personnes qui m’ont aidé et que j’aimerai remercier d’une carte de voeux ou d’un petit cadeau à la fin de l’année. Faire plaisir aux autres c’est aussi se faire plaisir !

Savoir lire les donnés

Ca y est, j’ai dit le gros mot. Et oui, avec le temps, j’ai été obligé de faire face à mon pire cauchemar : regarder les chiffres !!

via GIPHY

Faire le bilan oblige à regarder d’un peu plus près les chiffres et de ne pas s’arrêter à nos croyances. Mais pour faire un bilan complet, il faut également regarder des donnés non chiffrés comme les retours clients, l’impact de votre image ou encore la transmission de vos valeurs.

En pratique :

J’enfile mon costume d’archéologue et je retourne dans mes archives, mes emails, mes feuilles de suivi comptable, le Google analytics de mon site, mes campagnes Facebook Ad, le nombre d’abonnés sur les réseaux sociaux.

via GIPHY

Note : Pour gagner du temps et ne pas rendre la tâche trop pénible, vous pouvez décider de sélectionner 3 à 5 donnés maximum à suivre, à partir de maintenant et pour les mois qui arrive. Le choix doit se faire en fonction des objectifs que vous vous étiez fixé. Si par exemple, votre objectif majeur était d’augmenter le trafic vers votre site, vous allez regarder le nombre de visiteur, les pages les plus visités, comment vos visiteurs arrivent sur votre site et les actions de communication que vous avez aimé mettre en place (donné non chiffrable). Si vous souhaitiez doubler votre chiffre d’affaire, vous allez bien sûre comparer votre chiffre d’affaire actuel par rapport à celui de l’an dernier, regarder les produits/services qui ont le mieux fonctionné (=variable temps/revenu/plaisir), ceux qui ne rapporte pas trop mais qui ont un impact positif en terme d’image ou conversion prospect (ex.: Séances découvertes gratuites).

Reconnaître ses réussites et valoriser ses échecs

Ca y est, j’ai désormais une liste de tout ce que j’ai accompli cette année. Ca fait plaisir de voir tout ca noir sur blanc. Je savais que je n’avais pas chômé mais maintenant, je sais pourquoi. Mais pour que cette liste ai une vrai valeur, je dois la mettre à profit pour qu’elle me permette d’opérer les changements durables qui feront évoluer mon business dans le bon sens et de gagner en productivité. Et tout ca, je le rappelle, sans quitter mon canapé 😉

via GIPHY

Pour ceux qui ne sont pas familier avec ce concept, cela s’appelle la méthode Kaizen, que l’on pourrait traduire du japonais par « amélioration continue ». Je traiterai plus en détail de ce sujet dans un autre article mais, en gros, l’idée est de répondre à des questions simples pour mettre à jour des points problématiques sur lesquels nous pouvons agir, ce qui permet de faire des progrès constants simplement et facilement.

En pratique :

Sur une feuille de mon Bullet Journal, je trace 3 colonnes égales. Dans celle de gauche, je note les actions/offres/campagnes qui ont fonctionné (c’est à dire qui ont ouvrées à remplir mon objectif) et que je pourrai rééditer l’année prochaine sans modification.

Pour le reste de la liste, c’est à ce moment que je me pose ces 3 questions :

  • Cette action a-t-elle servie mon objectif ?
  • Si oui : quelle petite chose puis-je changer pour l’améliorer ?Que puis-je faire de mieux la prochaine fois ? Et je le note dans la colonne du milieu.
  • Si non : cette action ne sert pas mon objectif principal. Par conséquent, je la note dans la colonne de droite et surtout, j’écris pourquoi elle n’a pas fonctionné et je ne la referai pas.

Cette dernière colonne est sûrement la plus importante. Pourquoi ? Parce que c’est ce que vous aurez appris. En d’autre terme : c’est votre expérience qui s’accumule sur le papier. Cette colonne est une formidable occasion de ne pas reproduire les mêmes erreurs et d’avancer dans la bonne direction.

=> Télécharger le tableau de bilan.

Se remercier

« CA Y EST, C’EST FAIT ! »

Je suis bien contente d’avoir achevé ce truc du bilan ! Non seulement je me sens libérée d’un poids, mais j’ai une vision beaucoup plus claire sur ce que je dois accomplir pour avancer dans la bonne direction, et surtout, j’ai une meilleure estime de moi et du travail que j’ai abattu.

Ca se fête non ?

via GIPHY

Après tout, à quoi ca sert de faire des choses si on ne peut pas les apprécier à leur juste valeur ? Accomplir une tâche est l’unité de mesure de la productivité. Mais on est pas des machines hein ! Alors, comment mesure-t-on la valeur cet accomplissement ? Que nous apporte l’accomplissement de d’une action, au delà de la satisfaction d’avoir réussi à la mener à bien ?

S’accorder un moment pour mesurer l’impact que l’on a accompli cette année permet d’en saisir toute la portée et de donner de la valeur à nos actions, et plus largement, à notre métier.

En pratique :

Sur une feuille de mon Bullet Journal , je créée une page « Gratitude » et je note toutes les choses pour lesquelles je suis reconnaissante et qui me rendent heureuses.

Ensuite, je note toutes les personnes qui m’ont aidé directement ou indirectement à réaliser tout ce que j’ai fait. Et oui, c’est bientôt Noël, et même envoyer un petit mot ou une carte de remerciement peut faire plaisir et montrer votre reconnaissance.

Et enfin, je m’offre un cadeau pour mes bons et loyaux services. C’est un moyen comme un autre d’injecter un peu de légèreté dans notre vie à 100 mille à l’heure.

Et vous ? Comment faites-vous votre bilan ? Est-ce que vous prenez le temps de regarder ce que vous avez accompli et de vous remercier pour cela ? Dites le moi dans les commentaires. N’oubliez pas de vous inscrire pour recevoir les prochains articles et affronter ensemble le mois de Novembre.


MÉLANIE ÖZGENLER

Révélatrice d’identité de marque – Fondatrice de MOZ-La Little Ajans.


Experte en identité de marque, j’aide les entrepreneurs à structurer et relever le meilleur d’eux-même pour qu’ils puissent résonner chez leurs clients. Abonnez-vous pour recevoir mes meilleurs conseils pour structurer la communication votre business sans prise de tête.