Être le seul maître à bord de son entreprise génère un vrai sentiment de puissance et de liberté. Néanmoins, la réalité peut-être un peu plus nuancée car la mer n’est pas toujours clémente et il faut avoir les reins solides pour durer sur le long terme. Beaucoup d’entrepreneurs lâchent sous la pression. Mais ce qu’on ne dit pas assez, c’est que c’est ok si on est pas au top tout le temps ! Dans cet article, je voulais parler d’un sujet dont on parle très peu : le burn-out de l’entrepreneur. Et surtout, quelles solutions mettre en place dès son lancement pour éviter d’en arriver là.

Il y a quelques semaines, l’idée de tout lâcher m’a traversé l’esprit. J’étais épuisée et je n’arrivai plus à faire la part des choses. Je m’étais mise, sans m’en rendre compte, une énorme pression sur les épaules pour que tout roule parfaitement. J’étais hantée par des tas questions négatives du genre “et si je n’arrive pas à avoir un autre client ?” “Et si j’ai un accident là demain, comment on va faire financièrement pour mon fils ?”… Et pour la première fois en 3 ans, je me levais sans en avoir envie. Et le pire, c’est que j’avais le sentiment de perdre du temps en étant avec mon fils car j’avais trop de choses à finir pour le travail…. rien qu’en l’écrivant j’en ai honte ! Bref, grosse patate comme vous pouvez le constater.

Je ne pouvais pas vraiment en parler autour de moi. Qui dans mon entourage aurait pu comprendre mes journée ? Et en plus, quand on est entrepreneur, et que l’on conseille, on n’a pas forcément envie de renvoyer une image de dépressif. Il faut que tout aille bien tout le temps.

Être à l’écoute de ses émotions

Le problème, c’est qu’on est humain, et tout ne va pas bien tout le temps. Sans m’en rendre compte, j’étais en train de dériver gentiment, tranquillement vers une belle dépression qui m’aurait collé droit dans le mur.

Mais quand on travaille tout seul à son compte, personne ne peut tirer la sonnette d’alarme à part soi-même. Il faut savoir être à l’écoute de ses émotions pour détecter qu’il y a un truc qui cloche.

Être impliqué dans son travail c’est bien et nécessaire pour insuffler une bonne énergie. Pensez 24h/24 à son travail et ne pas réussir à trouver le sommeil à cause de ca, ou se relever dans la nuit pour finir un dossier, ca n’est pas normal.

Avoir le sentiment de toujours courir après le temps et ne jamais être en mesure de se dégager quelques heures dans son emploi du temps pour soi est également une des premières alertes.

Et enfin, si vous perdez rapidement patience, que vous avez le sentiment d’être incompris et que vous reporter la faute de votre mal être sur vos proches, c’est que vous êtes mûre et à 2 doigts de partir en vrille.

Il n’y a pas de remèdes miracles. Mais plutôt des petites attentions de tous les jours à mettre en place pour ne pas sombrer au moindre coup de Trafalgar. En tout cas, voici les choses qui ont fonctionné pour moi et que je voulais vous partager.

Arrêter le temps

La première chose, a été d’arrêter de regarder en permanence les réseaux sociaux. Whhaattt ? Mais c’est mon métier !! Certes, mais je me suis rendue compte qu’au fur et à mesure de mes surfes, les algorithmes de Marco m’avaient construit un fil d’actualité sur 2 thématiques : les catastrophes climatiques et les annonces des entrepreneurs pour gagner 1000 clients en 3 clics avec une formation gratuite (dont moi-même …). Un cocktail explosif pour se vider la tête dès le matin !

En plus de ca, j’avais ce besoin insatiable d’être toujours au courant de tout. Et je prenais en excuse les besoins de mon business.

J’ai donc remplacé Facebook le matin par un VRAI journal, je joue avec mon fils et parle à mon mari. Le soir, pour me vider la tête, je regarde une série ou je lis un livre. Et dans la journée, quand je fais la queue ou que je suis dans les transports, je retombe en adolescence : j’écoute ma playlist de « plaisirs coupables » et je regarde les gens !

J’ai réussi à arrêter le temps. En tout cas à le consacrer à des choses génératrices d’émotions positives et je ne cours plus après.

S’ancrer dans le présent

La deuxième chose, c’est que j’ai commencé à ouvrir les yeux et prendre conscience des choses qui se passaient autour de moi et en moi. J’ai découvert la méditation de pleine conscience au détour d’une conversation avec une amie et en lisant les articles de l’hebdo Le Un, arrivé comme une providence chez moi.

| A découvrir si ca vous intéresse : https://le1hebdo.fr/journal/numero/248

Je suis de nature assez septique. Réussir à me concentrer sur ma respiration plus de 30 secondes relève du défi. Néanmoins, j’ai commencé à faire cet exercice le soir dans mon lit sans pression. Le résultat a été sans appel. Dès la première nuit, j’ai beaucoup mieux dormi. Du coup, mes journées étaient de bien meilleure qualité et j’ai pu commencer à voir les choses de manière plus positive et prendre de la hauteur.

Planifier le futur

La troisième chose, c’est que j’ai commencé à prendre le temps d’anticiper et de planifier. On a tous nos petites humeurs, plus ou moins importantes, des accidents de la vie qui surviennent sans les avoir planifié où juste des journées où on a moins envie de travailler.

Pour me donner le temps de passer ces moments sereinement, j’ai planifié une bonne partie de mes actions marketing. Ainsi, en ayant une vision et un plan d’action claire pour les 3 prochains mois, j’ai réussi à supprimer mes angoisses et rendre mon calendrier plus flexible.

J’ai pu également programmer une bonne partie de mes communications car j’ai une ligne de conduire et des objectifs clairs sur le long terme. Je peux désormais être là … sans être là !

Si vous voulez un coup de pouce pour vous aider à planifier vos actions marketing, sachez que j’organise un atelier en ligne du 17 au 20 juin : https://www.moz-lalittleajans.com/atelier-planifier-sa-rentree

En anticipant, je me créer du temps libre. Et ce temps, je peux l’utiliser pour moi, pour avoir des moments ou je peux souffler et récupérer car, malgré tout ce que vous pourrez entendre, oui, être entrepreneur c’est vraiment cool, mais CA N’EST PAS FACILE. La liberté a toujours un prix. Faisons juste en sorte de ne pas la payer avec notre santé.

MÉLANIE ÖZGENLER

Révélatrice d’identité de marque – Fondatrice de MOZ-La Little Ajans.


Experte en identité de marque, j’aide les entrepreneurs à structurer et relever le meilleur d’eux-même pour qu’ils puissent résonner chez leurs clients. Abonnez-vous pour recevoir mes meilleurs conseils pour structurer la communication votre business sans prise de tête.