J’ai longtemps hésité à écrire cet article. Et oui, on préfère partager ses succès que ses échecs. Internet regorge d’ailleurs d’histoires d’entrepreneurs qui excellent dans l’art de développer leur entreprise. Forcement, on veut leur ressembler. Mais leur parcours est-il toujours aussi parfait qu’ils le disent ? A quoi ressemble VRAIMENT le quotidien d’un entrepreneur ? Même si ça fait mal, on apprend plus de ses échecs que de ses réussites. C’est pourquoi j’ai décidé dans cet article de vous montrer les coulisses de ma société, pour partager ma VRAIE expérience d’un lancement d’offre et comment j’ai su apprendre de mes erreurs.

On fait tous des erreurs, même après 5 ans d’entrepreneuriat. J’accompagne les entrepreneurs, qui arrivent à un moment stratégie de leur développement, à faire évoluer leur marque pour passer au niveau supérieur et générer des revenus réguliers. Tous mes clients ont atteint leurs objectifs et rencontré des résultats plus que positifs suite à l’accompagnement.

Mais c’est une autre affaire quand il s’agit de développer mon propre business.

En octobre dernier, j’ai décidé de lancer une offre de groupe en ligne, auprès de ma communauté, pour permettre à encore plus d’entrepreneurs de bénéficier de mes services. J’avais vu ce format ailleurs et je trouvais l’idée top. J’ai passé 3 mois acharnés à construire l’offre en ligne, contacter des partenaires pour relayer l’information, définir ma stratégie de communication. J’étais super excitée par cette idée. A tel point que j’en ai oublié quelques principes fondamentaux au moment du lancement qui, même si l’offre était parfaite, ont tout fait capoté !

Less is more.

Les cordonniers sont les plus mal chaussé. « Simplifier« , c’est ce que je répète en boucle à ma communauté et mes clients. Pour que la personne en face de vous ai une idée claire de ce que vous voulez transmettre, il faut que le message soit simple.

Mon offre était à la fois un cours en ligne, avec des cours vidéos et des exercices, et en plus des interventions d’experts et des sessions de groupe toutes les semaines à heures fixes pendant 6 semaines. Beaucoup trop complexe pour un public d’entrepreneurs qui a déjà du mal à jongler avec son calendrier de ministre.

Comment j’ai corrigé le tir :

Je n’ai conservé que la partie cours en ligne. Ce qui permet une plus grande flexibilité et autonomie pour les élèves. La partie interaction avec moi me tenait néanmoins à coeur. Par conséquent, j’ai ouvert un chat pour chaque leçon, dans lequel je répond aux questions des élèves.

Positionner son offre en fonction des besoins et du niveau de maturité de sa communauté.

En constatant que je n’avais aucun inscrit, j’ai envoyé un questionnaire aux membres qui avait émis un intérêt pour leur demander ce qui les avait retenu d’acheter.

La majorité des réponses a été : « J’adore l’offre, mais je n’en suis qu’au développement de ma société et je n’ai pas encore les moyens d’investir dans ton offre.« 

Bien que le cours ai été conçu pour des entrepreneurs en lancement comme pour des entrepreneurs confirmés, l’investissement demandés correspondait plus à une population d’entrepreneurs arrivés à un certain niveau de maturité.

Comment j’ai corrigé le tir :

J’ai sectionné mon programme en modules, vendus à l’unité, pour être plus accessible et acheter uniquement celui dont on a besoin. Le programme complet reste bien entendu accessible, mais j’ai proposer un moyen de paiement en 3 fois pour les entrepreneurs qui ne disposent pas encore d’un budget pour investir dans leur développement.

Avoir une communauté conséquente.

L’autre problème que j’ai rencontré est que j’ai, très bêtement, pensé qu’en proposant une offre en groupe moins cher, le taux de conversion serait plus élevé. En fait j’ai appris, à mes dépends, que ce soit pour une offre individuelle ou pour une offre en groupe, le taux de conversion et exactement le même. Du coup, ben … c’est mathématique. Il m’aurait fallut une liste 20x plus grande pour atteindre mes objectifs.

| A lire : Quel taux de conversion pour votre SaaS.

Comment j’ai corrigé le tir :

En redéfinissant mes objectifs et mon parcours client et en concentrant mes efforts pour faire grandir ma communauté avant de chercher à vendre quoi que ce soit. Résultat, le cours se vend comme des petits pains car il correspond à un besoin précis à un moment précis.

Ne rien faire dans la précipitation.

A l’origine, j’avais prévu de faire ce lancement mi-septembre. C’est la rentrée et la plupart des décisions stratégiques se prennent à ce moment là. C’est la période idéale pour repositionner sa stratégie de marque. Et puis … mon fils est tombé malade, ce que a quelques peu chamboulé mon emploi du temps. J’ai reporté le tout, à la hâte, à fin octobre… juste avant les départs en vacances (et oui, … même moi j’ai mal devant ma bêtise en y repensant).

Ce que j’en ai appris :

Que parfois, il faut savoir capituler et prendre le temps de lever la tête du guidon pour repenser intelligemment les choses. On perd peut-être un peu de temps, mais on en gagne par la suite.

En conclusion

Je penses que j’avais en tête tout ces petits cailloux, et qu’inconsciemment, je savais que ca ne pouvait pas fonctionner. Mais comme c’était une période où j’étais très fatiguée, je n’ai pas eu le recule nécessaire pour écouter ma « petite voix intérieure » qui me hurlait « fait pas ça!! ».

Bon, au final, à part le fait que mon ego en ai pris un coup le premier jour, il n’y a eu aucune conséquence dramatique. Bien au contraire. Non seulement j’ai appris en une semaine ce que j’aurai peut-être mis des mois à comprendre, mais en plus, j’ai désormais une offre prête à l’emploi, en ligne qui ne demande plus qu’à être utilisée par des entrepreneurs à la recherche d’une méthode pas-à-pas pour structurer leur stratégie de marque… sans prise de tête !

  • 3 astuces pour devenir audacieuse.
  • Mère ou entrepreneure. Faut-il choisir ?
  • Comment j’ai raté mon lancement d’offre.
  • 5 idées cadeaux responsables à offrir à un entrepreneur.
  • Créer une carte de voeux avec Canva

  • MÉLANIE ÖZGENLER

    Révélatrice d’identité de marque – Fondatrice de MOZ-La Little Ajans.


    Experte en identité de marque, j’aide les entrepreneurs à structurer et relever le meilleur d’eux-même pour qu’ils puissent résonner chez leurs clients. Clique sur le lien pour savoir comment je peux t’aider à passer au niveau supérieur avec une identité professionnelle qui te ressemble.